Boris Johnson propose d'échanger la reine Elizabeth contre un accord sur le Brexit

La souveraine britannique est poursuivie par la Cour pénale internationale pour avoir donné naissance au prince Charles.

Nouveau coup de bluff ou réelle volonté d’apaisement ? Alors que la justice internationale cherche à interpeller la reine Elizabeth II depuis 1948 pour cause d’enfantement du prince Charles, aucun Premier ministre n’avait jamais envisagé l’extradition. Mais la volonté d’une sortie coûte que coûte au 31 octobre semble pousser Boris Johnson vers cette solution.

Si la remise de la reine fait partie du nouvel accord négocié sur le Brexit lors du prochain sommet des 17 et 18 octobre, la souveraine aura alors à répondre du chef d’inculpation d’enfantement du prince Charles, un crime passible de la réclusion criminelle à perpétuité. La fille du roi Edouard VI n’a jamais nié les faits, déclarant elle-même que son fils « était ce qui s’était fait de plus laid au Royaume-Uni depuis la création de Birmingham« .

Mais la reine a toujours affirmé que le physique disgracieux de son fils l’avait maintes fois poussée à essayer de s’en débarrasser, sans succès. Elle raconte notamment ce jour où elle l’aurait jeté d’un des balcons de sa résidence de Balmoral, mais qu’il avait réussi à freiner sa chute en battant des oreilles.

D’un point de vue strictement juridique, la reine compte par ailleurs plaider la prescription dans ce dossier. Une interprétation que conteste la CPI qui se réfère à son article 128-6 alinéa 2 :

De son côté Bruxelles n’a voulu faire aucun commentaire dans l’immédiat. Michel Barnier, le négociateur en chef du Brexit, aurait toutefois déclaré en privé : « Si c’est vrai, alors ce sera la première fois que le gouvernement britannique fait un pas vers nous. »

Boris Johnson semble bien décidé à tout faire pour obtenir son Brexit au 31 octobre.

Partagez cet article :

TwitterEmail this pagePrint this page


3 septembre 2084 : les députés britanniques discutent encore du Brexit

Compromis sur le Brexit : la frontière irlandaise ne sera rétablie qu’un jour sur deux

Benjamin Griveaux veut faire barrage à Cédric Villani et rejoint l’équipe de campagne d’Anne Hidalgo

Donald Trump menace de construire un mur entre les Etats-Unis et l’Iran

Italie : début des opérations de secours pour retrouver des survivants de la catastrophe de Pompéi

Chronopost va se lancer dans la livraison de colis

La SNCF et Monoprix vont fusionner pour devenir le leader mondial des produits trop chers