L'Union européenne reconnaît que le glyphosate est cancérigène

Des injections du produit seront donc réalisées tous les jours sur les enfants de l’Union européenne afin que l’espèce humaine s’y habitue.

Voilà de longues années que la communauté scientifique s’écharpe à propos des dangers réels ou supposés du glyphosate, cette molécule utilisée pour l’agriculture et développée par Monsanto. Le tout sur fond d’études et de contre-études à l’impartialité pas toujours démontrée. L’Union européenne a semble-t-il tranché en entérinant la dangerosité du produit et en le classant dans la catégorie des produits cancérigènes certains.

Le produit pas interdit

On aurait pu croire que Monsanto serait vent debout contre cette décision, or il semblerait que ce soit la marque elle-même qui ait secrètement oeuvré en sa faveur. En effet, dans la loi, l’Union européenne indique que le produit mortel ne sera pas interdit. Il sera au contraire administré goutte par goutte tous les jours de l’année scolaire aux enfants de l’Union européenne, de la maternelle à la troisième, afin d’habituer l’espèce humaine à ce produit nouveau. Des ventes supplémentaires pour Monsanto avec un marché garanti de 20 millions d’enfants.

Michel Heuriaut, eurodéputé ayant voté en faveur de la proposition de loi, nous livre son point de vue: “Nous ne sommes pas corrompus. Le glyphosate peut certes être mortel, mais nous ne sommes pas corrompus. L’Homme s’est habitué à beaucoup de changements environnementaux dans sa longue histoire. Nous ne sommes pas corrompus.”

Le matériel d’injection fourni par Bayer

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. C’est le groupe pharmaceutique Bayer qui a été désigné pour fournir aux écoles d’Europe tout le matériel médical nécessaire aux injections. Or Monsanto a été racheté en juin 2018 par… Bayer. La décision de l’Union européenne permet donc à l’allemand de faire coup double, avec les volumes de vente garantis de glyphosate et la facture des dispositifs médicaux pour les administrer.

Michel Heuriaut poursuit: “Nous ne sommes pas corrompus. Et puis si nous n’avions pas pris cette décision d’injecter le produit à nos enfants, nous aurions peut-être des dizaines de millions de morts d’ici quinze ou vingt ans. Nous ne sommes pas corrompus.”

Les prochaines élections européennes auront lieu en 2024.

Partagez cet article :

TwitterEmail this pagePrint this page


« Les nattes de Greta Thunberg sont faites en nylon et en plastique, des polymères dérivés du pétrole »

Les climatomatosceptiques sont de retour

Océans : des traces d’eau découvertes au milieu du plastique