Sommes-nous à la veille d'une nouvelle crise financière mondiale?

Nabilla Benattia a accepté de répondre à nos questions concernant les risques qui s’amoncellent sur l’économie mondiale.

France Baguette : Les indicateurs économiques ne semblent pas très positifs en ce moment, quel est votre sentiment?

Nabilla Benattia : Vous avez tout à fait raison, et on peut dire que malheureusement cela concerne une grande majorité des économies mondiales, sur fond de croissance atone et de guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Si en plus s’y ajoute la guerre des monnaies qui se prépare, la reprise ne s’en trouvera que retardée.

France Baguette : Quel regard portez-vous sur les politiques de la FED et de son homologue européen la BCE ?

Nabilla Benattia : Les situations ne sont pas du tout comparables! Vous avez un plein emploi aux Etats-Unis, mais qui tarde à se concrétiser en hausse des salaires et donc en inflation. L’enjeu autour des taux d’intérêts est d’ailleurs l’objet de chamailleries récurrentes entre Donald Trump et le patron de la FED Jerome Powell…

France Baguette : Au niveau européen, pensez-vous que la situation puisse s’améliorer dans un avenir proche ?

Nabilla Benattia : Cela me paraît compliqué, nous sommes peut-être entrés dans une phase que certains appellent la stagnation séculaire, un peu sur le modèle japonais, même si je n’épouse pas forcément les thèses des déclinologues. Mais il faut bien admettre qu’avec des taux aussi bas, notre potentiel de relance s’en trouve très amoindri en cas de pépin. Mario Draghi a enchaîné les TLTRO, on ne compte plus les Quantitative Easings, les leviers ont presque tous été exploités, que voulez-vous, des taux à -10%? (Rires)

France Baguette : Sommes-nous à la veille d’une crise majeure?

Nabilla Benattia : Le récent croisement des courbes aux États-Unis entre les OAT 10 ans et les taux à court terme est en effet un mauvais signal, souvent précurseur d’une crise. Encore faut-il que ces courbes restent inversées durablement pour que la situation commence à se dégrader réellement. Il faudra surveiller également les effets d’un éventuel Brexit sans accord, comment la Chine va agir sur le Yuan, les barrières douanières imposées par les États-Unis, ou encore si les règles imposées aux Banques évolueront dans le cadre d’un éventuel “Bâle 5”. En parallèle de tout ça, attendez-vous à une envolée du Bitcoin !

Partagez cet article :

TwitterEmail this pagePrint this page


La Banque Générale Lyonnaise Agricole se lance dans l’euro

Carlos Ghosn envisagerait de racheter la prison dans laquelle il est détenu pour la restructurer

BFM Business souhaiterait racheter Gulli pour y diffuser des dessins animés sur l’économie

Compromis sur le Brexit : la frontière irlandaise ne sera rétablie qu’un jour sur deux

Guerre commerciale: augmentation annulation suspension de la taxation par les États-Unis de 100 200 300 250 milliards de dollars de produits chinois

Mario Draghi fait agrandir la taille des pièces de 2€ après s’être fait recaler de chez Carglass