Une oeuvre de Jeff Koons restant à déterminer vendue aux enchères 514 millions de dollars

C’est une bien étrange vente aux enchères à laquelle nous avons assisté à la célèbre maison Sotheby’s à Londres.

Encore sous le choc de la précédente vente du mois de mai dernier chez la prestigieuse galerie New-yorkaise Christie’s au cours de laquelle l’un des célèbres lapins de Jeff Koons avait été adjugé pour 91,1 millions de dollars (record mondial pour un artiste vivant), le concurrent Sotheby’s organisait hier dans la capitale britannique à son tour une vente pour une oeuvre qui fera sans doute encore beaucoup parler d’elle, et pour cause : on ne sait pas encore de laquelle il s’agit. Les acheteurs réunis dans la salle aujourd’hui sont en fait là par anticipation : ils ne veulent pas rater la prochaine opportunité qui se présentera.

Techniquement, le raisonnement est le suivant : après le coup de tonnerre du mois de mai, le prix de vente de la prochaine oeuvre de Jeff Koons sera forcément astronomique. Dès lors, pourquoi attendre qu’un vendeur se présente: c’est le chèque de plusieurs centaines de millions de dollars qui le fera venir. 514 millions de dollars très exactement à la fin des enchères (411 millions de livres sterling), par un acheteur anonyme sur internet.

On attend désormais qu’une oeuvre de Jeff Koons soit à vendre. Dès l’annonce du montant de l’enchère, des milliers de personnes se sont ruées chez Sotheby’s avec des oeuvres supposément de Jeff Koons sous le bras. Les experts ont commencé à les étudier ce matin. Leur ont entre autres été remis un service complet en faïence à l’effigie de Lady Di, une boule qui fait de la neige sur Big Ben quand on la retourne, une Alfa Roméo 147 ou encore un rideau de douche en formica. Si Jeff Koons authentifie officiellement l’une de ces oeuvres, le propriétaire sera contacté afin de récupérer son chèque de 514 millions de dollars.

Sotheby’s prélève environ 15% du prix de vente en commissions.

15 août 803: Charlemagne décide d’inventer l’école alors qu’il est coincé dans les embouteillages avec ses petits-enfants

L’incroyable engouement des Anglais pour l’Irlande

Nos conseils de lecture pour l’été

Remake de « La disparition »: l’incroyable bourde de la maison d’édition

Un millième mort à l’expo Toutânkhamon